Marcel André
Collège
Seyne les Alpes
 

Description du projet « Cryptologie » en classe de 5e

dimanche 28 février 2010, par Administrateur

La cryptologie est un domaine d’application incontournable des nouvelles technologies : confidentialité des transmissions, sécurité des systèmes informatiques, accessibilité partielle de ressources en sont des champs d’application. Son développement est étroitement lié à celui de la recherche mathématique fondamentale et appliquée. Les techniques sollicitées, bien que complexes, trouvent leurs origines dans des descriptions simples entreprises au collège, où sont étudiées par exemple les premières définitions de statistique et d’arithmétique indispensables à la compréhension des problèmes de cryptologie. Sur des exemples élémentaires, il est possible d’introduire et de structurer une connaissance. Une telle démarche a pour mérite de mettre en avant la valeur et l’utilité d’une connaissance en la replaçant dans la perspective d’un savoir global mais aussi appliqué.

Indépendamment du contenu mathématique d’un projet impliquant la cryptologie, l’outil informatique est naturellement abondamment sollicité dans la mise en œuvre des algorithmes de chiffrement et de déchiffrement. Une fois l’importance des nombres premiers soulignée, l’emploi d’un tableur permet la mise en place d’un test de primalité dont on peut ensuite étudier la complexité au sens algorithmique. La réalisation de graphiques à partir de l’étude statistique des occurrences d’un caractère dans un message codé favorise le déchiffrement.

A plus d’un titre, la cryptologie apparaît comme un support pertinent sur lequel il est envisageable de faire reposer une démarche de projet. Cette discipline riche et complexe offre, au travers d’exemples simples, de multiples occasions de s’intéresser à des problèmes informatiques ou scientifiques. Elle est l’occasion de faire une corrélation avec d’autres domaines enseignés au collège tel que l’enseignement du Français et de l’Anglais qui peuvent être qualifié de « code » dont il est nécessaire d’en maîtriser les règles pour pouvoir exprimer sa pensée et/ou pouvoir communiquer, ou encore les Arts plastiques où la notion de « code » est double, à savoir l’arts en tant qu’expression symbolique et la représentation artistique dissimulant un message. Le champ des possibles est riche en possibilité d’exploitation pédagogique.

La variété de ses applications se décline dans plusieurs débouchés professionnels, offrant ainsi la possibilité d’un approfondissement de l’étude dans le cadre d’une DP3 ou tout simplement inclus dans l’approche et la recherche d’orientation en 3e (en séance de vie de classe par exemple).

Ces premières réflexions échangées entre des enseignants des collèges de SEYNES-LES-ALPES et d’ANNOT ont fait naître l’idée d’un partenariat entre les établissements scolaires, autour d’un thème de recherche issu de la pratique d’un scientifique parrain du projet. M. Damien VERGNAUD, Maître de Conférences à l’Ecole Normale Supérieure de Paris, a répondu favorablement aux sollicitations des enseignants. Il s’agit maintenant pour l’équipe de trouver un thème d’étude, d’en préparer la vulgarisation et l’adaptation auprès des collégiens, sous la forme d’une trame de recherche.

La notion d’échange de savoir est au cœur du dispositif. Celui-ci s’effectuera entre le scientifique et les classes mais aussi entre les classes elles-mêmes, au sein d’un établissement scolaire ou entre les deux établissements. En fonction des affinités d’une classe avec le projet, on peut envisager de confier chaque partie de l’étude à l’un des collèges, puis une mise en commun comparative afin de reconstituer, à l’attention du scientifique, une réponse collégiale au problème initial. Depuis quelques années, les établissements sont impliqués dans un projet parallèle de visioconférence. Ce support, dont nous détaillerons les enjeux dans une deuxième partie, permettra les indispensables échanges entre tous les acteurs du projet.

Public concerné :
Nombre d’élèves concernés : 56

Niveau(x) concerné(s) : 5e(2 classes)

RESTITUTION ET VALORISATION DES TRAVAUX

Lorsqu’un compte rendu est proposé par l’intermédiaire d’un support numérique, il est à destination d’une classe. A elle de juger de la qualité de l’information, de la justesse de sa rédaction, de la recevabilité des justifications. L’enseignant est dépossédé de son rôle d’évaluateur au profit des élèves. L’évaluation devient exclusivement formative, assume une part de subjectivité. Il peut être particulièrement intéressant d’observer l’exercice de l’évaluation d’un collège vers un autre.
1. Dans la pratique enseignante
On peut penser qu’une activité de découverte atteint son but lorsque les élèves y font ensuite de fréquents recours. Le projet peut être vu comme une vaste activité d’approche pour des notions mathématiques, technologiques et culturelles. On pourra tenter d’évaluer le projet dans les comparaisons que les élèves feront au cadre du problème pour le réinvestissement d’une notion.
2. Dans la démarche d’orientation des élèves
Introduire un scientifique de haut niveau auprès d’une population de collégiens est fécond . Si la démarche d’orientation des élèves exprime un intérêt pour les filières scientifiques, s’ils manifestent ambition et confiance en leur capacité de réussir, on pourra penser que la présence d’un scientifique à leurs côtés n’y est pas étrangère.

ORGANISATION D’UNE MANIFESTATION DE CULTURE SCIENTIFIQUE

Rencontre entre les élèves des 2 établissements. Cette rencontre physique est le fruit des recherches faites au travers de la cryptologie qui va amener les élèves à découvrir et à confirmer le lieu de rencontre. Cette étape est importante car elle sera le point culminant du projet aux yeux des élèves qui auront été tenu en haleine tout au long de l’année.
Cette manifestation pourra se présenter sous forme d’une sortie d’une ou deux journées avec la participation du scientifique M Damien VERGNAUD Maître de Conférences à l’Ecole Normale Supérieure de Paris.

ACTIVITES AUTRES :

Autour de ce projet vont se créer un certains nombres de liens, d’échanges de contacts qui font appel aux nouvelles technologie de communications, tel que la messagerie électronique bien sur mais aussi et surtout aux outils de visio- conférence qui vont permettre des échanges prometteurs entres les deux établissements d’une part, et des établissements anglophone tel que la suède et glascow (afin de favoriser des échanges linguistiques) où certains contact on déjà été pris. Ces activités non seulement permettent le travail collaboratif entre les établissements mais contribuent aussi à une ouverture sur le monde.

ANALYSE DE L’IMPACT DU DISPOSITIF

1. Dans la pratique enseignante

On peut penser qu’une activité de découverte atteint son but lorsque les élèves y font ensuite de fréquents recours. Le projet peut être vu comme une vaste activité d’approche pour des notions mathématiques et technologiques. On pourra tenter d’évaluer le projet dans les comparaisons que les élèves feront au cadre du problème pour le réinvestissement d’une notion.

2. Dans la démarche d’orientation des élèves

Introduire un scientifique de haut niveau auprès d’une population de collégiens est fécond . Si la démarche d’orientation des élèves exprime un intérêt pour les filières scientifiques, s’ils manifestent ambition et confiance en leur capacité de réussir, on pourra penser que la présence d’un scientifique à leurs côtés n’y est pas étrangère. Lors d’un stage animé par la directrice du CIO de DIGNE-LES-BAINS, les enseignants ont pu constater que plusieurs collèges ruraux connaissent les mêmes difficultés pour sensibiliser leurs élèves à l’intérêt d’une poursuite d’études longues. En introduisant dans leurs murs un scientifique issu de la prestigieuse ENS, c’est aussi cette ambition modérée de leurs élèves que les enseignants refusent.

3. Dans un travail collaboratif

L’emploi des nouvelles technologies à des fins d’échange et de mutualisation de productions réclame une réflexion particulière, comme le souligne Marie-Laure BARBIER, Maître de Conférences à l’IUFM d’Aix-Marseille. Les enseignants y sont sensibilisés. Bien des contributions d’élèves ne sont pas évaluables au seul examen d’une production écrite, notamment la richesse des discussions au sein d’un groupe d’élèves, l’intégration d’élèves en difficulté dans un groupe de travail. Si le support numérique semble améliorer ces facteurs, il peut en revanche perturber la planification des tâches. A ce titre, il sera intéressant d’examiner comment les élèves concilient l’outil informatique et le travail sur papier, mieux adapté par exemple à la structuration des idées.

 
Collège Marcel André – Le Promenoir - 04140 Seyne les Alpes – Responsable de publication : Mme Sandrine Maillet
Dernière mise à jour : samedi 23 novembre 2019 – Tous droits réservés © 2008-2019, Académie d'Aix-Marseille